Psycho

Quelques bouquins qui t’aideront toi et tes parents à mieux vous comprendre 🙂

10 Idées pour votre ado

Lorraine D’Huart

Indécision, peur d’échouer, rêves informulés… Mais aussi, en chacun, l’envie d’avancer. Votre ado cherche sa route. En dix chapitres, aidez-le à prendre confiance en lui, à assumer ses rêves, à exprimer ses émotions, à mieux s’organiser, à s’ouvrir des possibles avec réalisme et optimisme. Ce livre vous donne les clés pour trouver la bonne place à ses côtés : être présent tout en l’encourageant à devenir pleinement lui-même et acteur de sa vie.

 

Mon ado, ma bataille

Emmanuelle Picquet

À partir de 15 cas cliniques, Emmanuelle Piquet, psychopraticienne spécialiste des adolescents, nous montre comment gérer les principales situations de souffrance avec nos ados. Avec une posture hyperpragmatique issue de l’École de Palo Alto : apaiser la relation plutôt que vouloir (en vain) apaiser l’adolescent. Et cela fonctionne. Une autre façon d’être en relation avec eux, à la fois plus souple, plus harmonieuse et bien plus constructive. Simple, intelligent, efficace.

 

Le goût du risque à l’adolescence

Xavier Pommereau

Parce que qui ne risque rien n’a rien, les ados veulent explorer le monde, tester leurs limites, se mettre à l’épreuve. Ils ont besoin de jouer à se faire peur, rechercher les sensations fortes, s’exposer à un danger pour se prouver qu’ils sont capables, et le faire reconnaître par leurs pairs afin de se singulariser et être populaires… À la prudence que leur recommandent les adultes, ils opposent l’audace. Xavier Pommereau explore ces enjeux à la lumière des risques d’aujourd’hui : le numérique et les écrans, les drogues, la sexualité et les rencontres (virtuelles ou réelles), les évitements phobiques… Mais aussi la peau comme surface de projection, le registre alimentaire et ses excès, ou encore, depuis peu, l’appel des sirènes du djihad… Il explique aux parents et aux adultes comment décoder le comportement des ados et, sans être constamment sur leur dos, les laisser prendre des risques en assurant un cadre suffisant et en misant sur le dialogue. Il leur donne des clés, car prévenir vaut toujours mieux que guérir, afin d’accompagner cette belle aventure que peut être l’adolescence.

 

Le Cerveau adolescent

Frances E. Jensen

En se basant sur ses recherches, ses connaissances et son expérience clinique, la docteure Frances E. Jensen, neuroscientifique de réputation internationale et mère de deux garçons, ouvre une perspective révolutionnaire sur le cerveau adolescent. Sa remarquable acuité se traduit par de nombreux conseils pratiques pour les parents et les adolescents eux-mêmes.
Pendant de nombreuses années, les scientifiques ont considéré le cerveau adolescent comme un cerveau adulte miniature avec moins de kilomètres au compteur, parce qu’ils pensaient la croissance cérébrale presque terminée à la puberté. Depuis dix ans, la neurologie et les neurosciences prouvent que des étapes extrêmement importantes pour le développement du cerveau se déroulent pendant l’adolescence.
Le Cerveau adolescent explique pourquoi les adolescents sont fragilisés face aux drogues et il révèle l’impact du multitâche sur la concentration et les capacités d’apprentissage. Enfin,il examine les conséquences du stress sur la santé mentale pendant et après l’adolescence.

 

Petite agitée

Manon Manœuvre

C’est l’histoire d’une fille… Manon vit avec sa mère à Los Angeles. Son père, elle ne le voit que deux fois par an. Durant l’adolescence tout bascule. Une menace de suicide, un séjour en internat pendant son anniversaire et deux rencontres avec la police plus tard, elle fait le mur une nuit et rencontre Ides ennuis plus grands qu’elle. Drogues, garçons plus âgés, thérapeutes, son besoin d’attention l’entraîne dans une spirale dangereuse. Manon se rebelle contre les normes de Santa Barbara, ville sous Prozac et vin blanc. Surtout ne pas faire de vagues. Surmenée par ces événements, la mère de Manon décide de la placer dans une école de haute sécurité dans l’Utah. Au milieu du désert et des montagnes, la dépression de Manon s’aggrave. Le soutien de sa famille américaine et française lui permet de garder la tête hors de l’eau. Entourée d’ados toxicos, forcée de prendre des antidépresseurs deux fois par jour, Manon se sent devenir un zombie. Manon rêve d’évasion. Entre les meetings avec son thérapeute, Monsieur B., et les coups de fil hebdomadaires avec son père et sa mère, Manon surmonte ses démons petit à petit, laissant derrière elle la petite agitée qu’elle était pour devenir une jeune femme…

 

Parents d’adolescents, une crise peut en cacher une autre

Rizzo Nino

Être parent d’un adolescent ! Programme ambitieux, que la littérature dans sa grande injustice a tout simplement oublié. C’est pourquoi cet ouvrage a pour originalité de se focaliser sur les personnages les moins médiatiques de la saga familiale : les parents. Car à la crise bien identifiée d’un adolescent coïncide souvent celle de sa mère, de son père ou des deux qui se retrouvent, eux, dans le «milieu de leur vie ». Au moment où leur enfant entre, avec plus ou moins de facilité, dans la vraie vie, les parents ne peuvent que se retourner sur la leur, tandis que se profile, au bout d’un chemin pourtant loin d’être entièrement parcouru, le déclin. Une autre crise existentielle peut alors apparaître, miroir de la crise d’adolescent : celle d’une ou d’un adulte qui revient sur sa propre histoire, mais aussi sur des rêves oubliés ou refoulés qu’il est, peut-être, encore temps de réaliser. À travers l’analyse de plusieurs cas cliniques et de sa propre expérience d’homme et de père, Nino Rizzo, psychologue psychothérapeute FSP et psychanalyste SSPsa à Genève, montre que la bonne résolution d’une crise ne va pas sans la bonne résolution de l’autre.

 

Adolescentes, les nouvelles rebelles

Patrice Huerre et Stéphanie Rubi

Règlements de comptes entre bandes de filles, insultes, harcèlement sur le net : la violence des filles se médiatise. Au-delà des cas de délinquance, qui restent très minoritaires, les auteurs constatent que les comportements des adolescentes ont changé : plus insolentes, plus agressives, plus « masculines » (elles boivent autant que les garçons et fument plus qu’eux, adoptent une sexualité plus débridée). Cette évolution concerne la sphère familiale, scolaire, urbaine et trouve un terrain de prédilection dans les nouvelles technologies. Leur réflexion, nourrie de leur expérience, permet aux auteurs de mieux faire comprendre et mieux prévenir, peut-être, ces comportements « déviants » qui reflètent souvent les dysfonctionnements de notre société et les fragilités de nos postures éducatives. Loin des clichés et des idées reçues, les auteurs rappellent aussi que les filles sont avant tout victimes de violences et que nous les autorisons bien moins que les garçons à « sortir de la norme » en devenant violentes.

 

Arrogants et fragiles, les adolescents d’aujourd’hui

Gustavo Pietropolli Charmet

Charmet, psychiatre et psychanalyste italien, propose une analyse inédite du comportement des adolescents d’aujourd’hui. Pour lui, ces ados qui ont été des enfants au centre du monde fonctionnent non plus dans le registre de la culpabilité liée à la problématique odipienne, à la place de « l’autre » dans l’éducation, mais dans le registre de l’image, liée au narcissisme, à la place qu’à pris le Moi (le leur) dans l’éducation. Ce ne sont plus des Odipe, mais des Narcisse. Ils sont fragiles parce qu’en mutation, et parce que Narcisse est fragile. Mais ils sont aussi totalement sans gêne et ils « la ramènent » parce que l’image de l’adolescent qui leur est renvoyée par la société est valorisée et valorisante. D’où la nécessité de revoir le projet éducatif général mis en ouvre avec les adolescents. Et l’auteur propose des pistes aux parents et aux éducateurs très stimulantes pour accompagner, encadrer, étayer les ados d’aujourd’hui. Sur un sujet rebattu, véritable casse-tête pour les éducateurs d’aujourd’hui, voilà enfin un propos totalement novateur et formidablement stimulant.

 

Les Mutants, un peuple d’incompris

Pauline Aubry

C’est drôle de se replonger en adolescence, d’essayer de se réapproprier son âge ingrat avec une bonne dose de recul. Ces mutants si bien croqués par Pauline Aubry, ce sont ces ados poilants, émouvants et agaçants. La dessinatrice s’est inspirée des agendas de ses années collège (il y a vingt ans). Les clins d’œil à Françoise Dolto (et ses carapaces de homards) sont bien vus, tout comme les interrogations sur les fragilités de ces mutants (qu’il s’agisse de dépression ou des sentiments complexes qu’ils peuvent éprouver envers leurs parents). Il y a de la tendresse et de la drôlerie : comment ne pas sourire devant la planche « Vie d’un canapé » avec le taux d’occupation horaire de l’ado amorphe ? Ou s’amuser des questions d’ordre sexuel ? Une BD futée dans la droite ligne d’Agrippine de Claire Bretécher (Dargaud) et de la série Les Ados Laura et Ludo de Florence Cestac (Dargaud)

 

Marche et invente ta vie

Bernard Ollivier

Rebattre, entre 14 et 18 ans, les cartes de leurs vies un peu biseautées par des enfances brisées, c’est le contrat que Seuil, association atypique en France, propose à des adolescents égarés, embourbés dans des conflits familiaux, des bandes ou des séries de délits qui les ont conduits dans une impasse ou en prison. Le contrat proposé est simple et brutal : marcher un peu moins de 2 000 kilomètres, sac au dos, pendant trois mois, par tous les temps et en toutes saisons, dans un pays étranger. Et avec une contrainte terrible pour eux : ni musique, ni téléphone, ni internet pendant 110 jours ! A ce pari fou, une seule règle : c’est le jeune qui est maître de dire «j’arrête» ou «je continue». Dans tous les cas, c’est son juge qui arbitrera. Ce qu’ils gagnent ? Une place dans la société qu’ils avaient rejetée. Douze ans après le premier départ, que sont devenus ces gamins perdus, ces possibles gibiers de potence ? Attention aux jugements hâtifs. Ceux qui «ratent» une marche ne ratent pas obligatoirement leur réinsertion et ceux qui font une rechute ne ratent pas nécessairement leur vie. Pour savoir, il fallait les revoir, ceux qui ont «réussi» et ceux qui ont «échoué».

 

Dans la peau d’une ado

Elise Muller, David Le Breton

Qui sont les adolescentes d’aujourd’hui ? Quelles questions se posent-elles, sur elles-mêmes, sur les autres ? Quels moyens mettent-elles en oeuvre pour y répondre ? Comment appréhendent-elles leur avenir, leur « devenir femme », dans un contexte moderne incertain et parfois hostile ?Loin des a priori et des stéréotypes sur l’ado acnéique et mal dans sa peau, cet ouvrage, fruit d’une enquête menée auprès d’une quarantaine de jeunes filles, vient explorer l’ensemble de ces thématiques et proposer un regard neuf et positif sur l’adolescence. Presque à la manière d’un journal intime, en accordant une large place à la parole des ados interrogées, il invite le lecteur à se mettre à leur écoute, à se glisser véritablement « dans la peau » d’une ado d’aujourd’hui, et à saisir ainsi avec finesse l’intensité de leur rapport à l’instant présent.

 

Pourquoi les garçons perdent pied et les filles se mettent en danger

Leonard Sax

Dès les petites classes, les garçons désinvestissent l’école tandis que les filles réussissent plutôt bien en prenant de nouveaux risques. Que se passe-t-il ? La réalité est là, nier les différences entre les sexes n’a permis ni aux garçons de devenir infirmiers, ni aux filles de devenir ingénieures. Le Dr Sax montre, études et chiffres à l’appui, que fournir une éducation identique dans sa forme aux garçons et aux filles ne permet pas l’égalité. Ce n’est pourtant pas inéluctable ! L’auteur propose des stratégies pour que les garçons fans de foot et de jeux vidéo puissent adorer aussi le français et l’histoire-géo. Et pour que les filles qui passent leur temps sur Facebook ou à regarder des séries américaines puissent aussi aimer et réussir dans les sciences physiques. L’ordinateur entre différemment dans l’existence des garçons et des filles, avec des risques divers. Pour quelles raisons nos fils sont rivés à leur console tandis que nos filles postent leurs photos sur les réseaux sociaux. Les perturbateurs endocriniens présents dans l’environnement, non seulement bouleversent le passage à la puberté, mais ont une incidence sur la motivation, augmentant celle des filles, et faisant baisser celle des garçons.Un livre qui interpelle et nous met face aux questions que nous avons à nous poser pour permettre à nos enfants de se construire une identité solide.

 

Nos ados et nous

Geneviève Abrial

Il ne nous parle plus », « Elle ne travaille pas », « Elle vit dans un monde de rêve », « Il fume du cannabis », « Elle se jette sur la nourriture »… Votre ado vous échappe. Vous ne parvenez plus à le comprendre, ni à trouver les bons mots. Vous craignez que cela empire.

Je vous donne ici des repères pour mieux saisir ce qui se passe chez votre adolescent. Mais je vous propose aussi de faire un travail d’introspection pour appréhender ce qui se passe en vous. En quoi êtes-vous profondément touché ? Quelles sont les résonances avec votre propre adolescence ? Comment acquérir la bonne distance afin de sortir des situations d’impasse ?

 

L’état adolescent, miroir de la société

Daniel Marcelli

L’adolescence tend à devenir un état : on y rentre de plus en plus tôt, on en sort de plus en plus tard. Si cette période de la vie s’étend, ce n’est pas le fruit du hasard. C’est le signe que le statut de l’adulte n’a jamais été aussi fragilisé et ébranlé qu’aujourd’hui, pendant que celui du jeune, à l’inverse, a gagné en popularité. Car c’est l’âge de tous les possibles, de la croissance.

D’une certaine manière, les valeurs de la société (excitation, instantanéité, urgence, etc.) se rapprochent de plus en plus de ce qui caractérise l’adolescent lui-même, d’où un effet de miroir, fascinant et presque enivrant. L’adolescent apparaît comme un symptôme de la société actuelle, tout comme il tend à en devenir le modèle : un consommateur riche de sa seule illusion de toute-puissance personnelle.

Daniel Marcelli nous propose une analyse inédite de l’impact des valeurs de la société actuelle sur les adolescents et nous invite à être attentifs à ce qui, dans la course de la modernité, peut bousculer cette phase singulière de la constitution des individus qu’est l’adolescence.

Source : http://www.psychologies.com